Communiqué de presse

Les mesures de soutien du Fonds Social Mazout prolongées jusqu’au 31 mars 2023

RadiateurRadiateur

Sur proposition de la ministre de l’Intégration sociale et de la Lutte contre la pauvreté Karine Lalieux, le Conseil des ministres a approuvé vendredi la prolongation des mesures de soutien liées au Fonds Social Mazout jusqu’au 31 mars 2023.

Le Fonds Social Mazout a été augmenté de 27 millions d’euros depuis juillet 2022. Ces nouveaux  moyens permettront de maintenir l’adaptation des montants des allocations de chauffage à la réalité des prix du marché.

Karine Lalieux : « Le prix du mazout reste à un niveau extrêmement élevé à la veille de la période hivernale. Il était donc fondamental de prendre les devants pour garantir aux ménages qui se chauffent au mazout un soutien jusqu’à la fin de l’hiver, à l’instar de la prolongation des autres mesures de soutien en matière énergétique. »

Les mesures décidées en juillet sont donc prolongées jusqu’au 31 mars 2023, précisément :

·         Hausse du montant maximal de l’allocation de chauffage à 36 centimes par litre, contre 20 centimes/litre.

·         Hausse du plafond maximal de litres de mazout pour l’allocation annuelle, qui restera donc à 2.000 litres durant trois mois supplémentaires. Grâce à cette mesure, l’allocation maximale atteint 720 euros (vs 300 euros maximum avant juillet 2022).

·         Hausse de l’allocation forfaitaire pour les personnes se chauffant avec du mazout à la pompe ou du gaz lampant, afin de la lier au prix officiel du mazout, soit 456 euros au lieu de 210 euros au premier semestre 2022.

Ces mesures sont accessibles à tous les ménages se chauffant au mazout, soit 37% des ménages belges, via les CPAS. Cependant, une minorité d’entre eux font effectivement appel à cette aide.

 « Afin d’améliorer le recours au Fonds, qui reste un outil de soutien important pour de nombreuses personnes en situation de vulnérabilité, j’ai lancé une réflexion avec l’administration et les acteurs concernés, notamment pour parvenir à une automatisation des droits et pour augmenter le scope des bénéficiaires. Ce travail est en cours », conclut la ministre.