Communiqué de presse

24 millions d’euros pour l’achat de denrées destinées à l’aide alimentaire

een voedselbankeen voedselbank

Sur proposition de la ministre de l’Intégration sociale et de la Lutte contre la pauvreté Karine Lalieux, le conseil des ministres a approuvé vendredi le cahier des charges visant à l’achat de denrées alimentaires dans le cadre du Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD). L’adjudication ouverte concerne un budget de 24 millions d’euros pour l’année 2022.

Les crises successives et leur impact socio-économique frappent durement les personnes en situation de pauvreté et de vulnérabilité. La guerre en Ukraine a ajouté une pression supplémentaire sur le budget des ménages, familles et citoyens.
 
Soutien européen face aux crises
En temps normal, la programmation actuelle du FEAD aurait déjà été achevée. Mais la période que nous traversons depuis deux ans n’a rien de normal. Raison pour laquelle l’Union européenne est intervenue en 2020 pour libérer des moyens supplémentaires via le fonds de soutien REACT-EU.
 
Ces moyens, qui ont permis de répondre à la demande croissante et de garantir la continuité de la programmation FEAD en 2021 et 2022, se sont révélés indispensables dans notre pays.
 
Les produits distribués aujourd’hui dans le cadre du FEAD représentent en effet entre 40 et 50% des denrées alimentaires distribuées par les banques alimentaires en Belgique. Le nombre de bénéficiaires du FEAD a lui augmenté fortement, passant de 225.549 personnes en 2014 à 381.951 personnes en 2020 selon les derniers chiffres disponibles.
 
Nul doute que les crises que notre pays traverse depuis 2020, confirmeront cette tendance à la hausse.
 
Une enveloppe de 24 millions d’euros pour 2022
L’adjudication ouverte qui sera lancée prochainement par la ministre Karine Lalieux repose sur un budget de 24.069.661 millions pour l’acquisition des 27 lots de denrées alimentaires reprises dans le cahier des charges.
Il s’agit, entre autres, de pâtes, d’huile d’olive et d’huile de tournesol, de café et de thé, etc. La liste a été fixée en concertation avec le secteur de l’aide alimentaire et des experts en alimentation saine et durable.
Pour rappel, les denrées achetées dans le cadre du FEAD, sont mises à la disposition des banques alimentaires, des CPAS et des organisations partenaires qui les distribuent ensuite gratuitement aux plus démunis en Belgique.
 
“L’aide alimentaire est encore désespérément nécessaire”, souligne la ministre. « Après la crise sanitaire, nous faisons désormais face à une crise terrible du pouvoir d’achat liée notamment à la guerre en Ukraine. Les besoins restent élevés. Nous devons continuer à soutenir les plus vulnérables de notre société. Cela concerne aussi les ressortissants ukrainiens présents dans notre pays, ce qui impactera plus que probablement la quantité de denrées à distribuer et le nombre de personnes demandant une aide alimentaire. Tout est mis en œuvre par le gouvernement pour ne laisser personne sur le côté. C’est un travail que je mène avec les acteurs du terrain, pour anticiper des réponses politiques fortes en fonction de leurs besoins. »