Communiqué de presse

Budget 2022 – L’allocation de transition réformée pour mieux soutenir les jeunes veuves et veufs

Allocation de transition - deuilAllocation de transition - deuil

L’allocation de transition, dont bénéficient les jeunes veufs et veuves de moins de 48 ans, sera prolongée dans le temps pour mieux prendre en compte les besoins des bénéficiaires, annonce vendredi la ministre des Pensions Karine Lalieux. Un montant minimum garanti sera également introduit.

« La perte d’un conjoint ne peut pas conduire à une forme de précarité des personnes endeuillées. Le gouvernement a prévu 7 millions d’euros lors de son conclave budgétaire pour soutenir les jeunes veuves et veufs de salariés ou fonctionnaires, ainsi que leurs enfants, via la réforme de l’allocation de transition », précise Mme Lalieux.

La durée de perception de l’allocation de transition, qui concerne environ 1.300 personnes par an dont plus de 80% sont des femmes, sera prolongée et passera :

  • De 12 à 18 mois pour une personne sans enfant
  • De 24 à 36 mois pour une personne avec un ou plusieurs enfants de plus de 13 ans
  • De 24 à 48 mois pour une personne avec un enfant de moins de 13 ans ou un enfant en situation de handicap.

Par ailleurs, un montant minimum de 1.383 euros par mois (pour une carrière complète) sera introduit, à l’instar de ce qui existe déjà pour la pension de survie.

« Aujourd’hui, un tiers des bénéficiaires de l’allocation de transition touche moins de 1.000 euros par mois. L’allocation relevée et allongée dans le temps permettra de rassurer les bénéficiaires et de leur éviter la ‘peur du lendemain’. Après un décès, la personne survivante et ses enfants doivent en effet bénéficier du meilleur soutien possible, et l’État doit être à leurs côtés durant cette période difficile. »

La réforme de l’allocation de transition s’appliquera à tous les bénéficiaires de l’allocation à partir de la date du 1er octobre 2021. Pour rappel, l’allocation de transition est cumulable avec des revenus professionnels et de remplacement.

Un budget qui n’oublie pas les pensions !

Outre la réforme de l’allocation de transition, le gouvernement a également prévu 29 millions d’euros d’investissements pour une plus grande digitalisation des services du service fédéral des pensions.

« Les citoyens doivent avoir accès à des informations correctes et régulièrement mises à jour, facilement accessibles et compréhensibles par tous, pour anticiper leur pension et organiser leur carrière. Nous travaillerons avec l’administration pour développer encore davantage les sites mypension.be et pensionstat.be. Mais sans pour autant exclure le contact direct entre le citoyen, via le numéro gratuit 1765 ou les Pointpensions, qui reste un des piliers d’un service public de qualité ».

Ces budgets s’ajoutent aux 432 millions d’euros déjà libérés sur les budgets 2021 et 2022 pour la hausse de la pension minimum. Cette augmentation progressive, qui permettra aux pensionnés d’atteindre 1.500 euros nets en 2024 pour une carrière complète (45 ans), bénéficie sous cette législature d’un budget total de 1,2 milliard d’euros.